Les éléphants dans les cirques ont-ils leur place ?

Les éléphants ont-ils leur place dans les cirques ? On le sait, il ne se passe pas une seule semaine sans qu'une manifestation ait lieu devant un des nombreux établissements itinérants possédant des animaux non-domestiques. Pour commencer, nous avons voulu savoir combien d'éléphants étaient encore présents au sein des cirques itinérants français et appartenant à un cirque ou à un dresseur français.

Elephantesdanslescirquesentete

  Les éléphants des cirques français :  

Les éléphants ont-ils leur place dans les cirques ? On le sait, il ne se passe pas une seule semaine sans qu'une manifestation ait lieu devant un des nombreux établissements itinérants possédant des animaux non-domestiques. Pour commencer, nous avons voulu savoir combien d'éléphants étaient encore présents au sein des cirques itinérants français et appartenant à un cirque ou à un dresseur français. Elles sont sept. Trois sont africaines et quatre sont asiatiques. Nelly et Bridget se trouvent à La Piste aux Étoiles ; Meena et Kamala se trouvent sous les chapiteaux d'Arena Production ; Rosa et Bambi se trouvent au cirque Falck (devenu Zavatta et anciennement Amar) et la dernière, Tania, se trouve au cirque d'Europe. Une autre éléphante, Baby, effectue toujours des spectacles mais ne vit plus en itinérance. Il y a quelques années, elles étaient bien plus nombreuses. Une quinzaine d'éléphantes parcouraient les routes de France.

Parmi cette quinzaine d'éléphantes, se trouvaient Maya (La Piste d'Or / Piste aux Étoiles) aujourd'hui dans un SafariPark en Italie ; Lechmee (Arena Production), dans un monastère en Grande-Bretagne ; Syndha (Alexis Grüss), dans un zoo italien ; Indra (Maximum) au Elefantenhof Platschow, en Allemagne ; Dehli et Sabbah (Pinder), aujourd'hui décédées... Sans parler des éléphantes qui étaient présentes sur le sol français, mais qui appartenaient à des dresseurs étrangers comme Dumba (cirque de Paris), désormais dans un zoo espagnol ; Babati, Burma, Jumbo et Siam (Arlette Grüss) sont retournées avec leur dresseur en Italie...

Alors est-ce que les éléphants sont voués à disparaître des cirques d'ici quelques années ? De nombreux animaux ont déjà disparu des cirques français. C'est le cas des girafes, des ours, des rhinocéros, des panthères et des grands singes. Les hippopotames semblent, eux aussi, en voie de disparition dans les cirques français puisqu'ils ne sont plus que deux en France contre une dizaine il y a 15 ans. Les éléphants n'échappent pas non plus à ce même sort. Ils sont voués à disparaître des cirques français. Excepté Tania, toutes les éléphantes citées plus haut seraient âgées de plus de 40 ans. Certaines seraient âgées de plus de 50 ans. Un âge important, et idéal, afin de laisser les éléphants terminer leur vie loin de l'itinérance et leur offrir un peu de stabilité ?

Si les éléphants sont voués à disparaître des cirques, c'est pour des raisons simples. Premièrement, il n'y a que des femelles dans les ménageries françaises et ces dernières ont toutes dépassées la période durant lesquelles elles pouvaient se reproduire. Les éléphants mâles - encore plus les africains - ont tendance à se montrer moins dociles lorsqu'ils sont en période de rut. Peu de dresseurs en possèdent. En France, seul l'éléphant africain Mambo, appartenant à un dresseur étranger spécialisé dans la faune africaine, est, de temps en temps, sur les pistes des cirques et festivals. De plus, l'exportation d'éléphants est désormais illégale.

Chapter Animals a décidé de demander des droits pour les éléphants. Les éléphants étant des individus extrêmement intelligents et sociaux, il est temps que leurs conditions de captivité puissent changer. Bien que nous ayons conscience qu'il reste énormément à faire pour eux, à l'état sauvage, lutter contre le braconnage d'Afrique, les chasses aux trophées et les conditions de vie des éléphants d'Asie, ce n'est pas une raison pour ne pas agir chez nous. Les éléphants étant des animaux grégaires, il est, au sein de notre association, impensable que certains d'entre eux continuent de vivre seul. Les conditions de vie de Tania, par exemple, ou de Dumba ne nous paraissent pas vraiment appropriées. L'isolement et la privation de côtoyer des individus de son espèce, tout comme pour nous, peut causer des troubles psychologiques. N'est-il pas temps de les laisser vivre en compagnie des leurs ?

Bien entendu, si cet article parle des cirques, notre combat est loin d'être seulement pour les éléphantes de cirques. Dans les zoos, où certaines continuent de vivre seules, comme Gina (Parc zoologique Fréjus) et Himeko (Japon), nous leur demandons les mêmes droits ! Nous pensons que chaque propriétaire d'éléphant devrait s'engager à aider les ONG qui se battent sur le terrain afin de faire cesser le braconnage des pachydermes. Après avoir fait travailler les éléphants depuis autant d'années, ne serait-il pas temps de participer à la sauvegarde de l'espèce ?

Nous tenons aussi à rappeler que tous les éléphants présents dans les cirques sont des éléphants qui ont été prélevés à l'état sauvage. Il n'y a pas d'exception. Il est important de souligner que ce ne sont pas les cirques/dresseurs qui détiennent les éléphants qui ont commandé leur capture. Les animaux ont été acquis, pour beaucoup d'entre eux, bien des années après.

  • Nom du fichier : Certificat elephant
  • Taille : 331.66 Ko
Télécharger

EDIT juillet 2019 : selon certains de nos sympathisants, il semblerait que des rumeurs circulent concernant des problèmes de vue d'une des éléphantes d'Arena Production (Meena et Kamala). Ce qui n'est pas sans rappeler Lechmee, qui, elle aussi, était une éléphante mal-voyante. Si cela venait à s'avérer exact, nous pensons qu'il serait immédiatement temps de la placer dans une structure adéquate et fixe. Suite à ces faits, nous avons préféré aller vérifier ces mêmes informations, et il se trouve que nous avons pu obtenir un certificat médical des éléphantes* datant du 13/05/2019 de la part d'une vétérinaire certifiant que l'état de santé apparent des éléphantes est bon, et que celles-ci sont aptes aux transports.

*Sur ce dernier, Kamala se prénomme Camilla et Meena se prénomme Nina.