Micha, un ours au bord du gouffre

Micha est un ours exploité par un couple de dresseurs. Il n'est pas le seul, puisque ce couple possède deux autres ours, Bony et Glasha. Micha est régulièrement de sortie, surtout pendant la période d'été, afin de se rendre dans des fêtes médiévales pour se donner en spectacle. Pourtant, son état de santé est alarmant ! Micha est âgé, il souffre d'arthrose, n'arrivant plus à user ses griffes et se causant des blessures pouvant s'infecter. Comme si cela n'était pas suffisant, l'ours effectue de nombreux numéros contre nature, comme marcher sur un ballon et, à l'occasion, monter sur un scooter. Chapter Animals demande la mise en retraite de Micha dans un sanctuaire.

Misha

  À quand un sanctuaire pour Micha :  

Micha est un ours exploité par un couple de dresseurs. Il n'est pas le seul, puisque ce couple possède deux autres ours, Bony et Glasha. Micha est régulièrement de sortie, surtout pendant la période d'été, afin de se rendre dans des fêtes médiévales pour se donner en spectacle. Pourtant, son état de santé est alarmant ! Âgé, souffrant d'arthrose, n'arrivant plus à user ses griffes et se causant des blessures pouvant s'infecter, la vie de Micha est tout sauf un rêve ! Comme si cela n'était pas suffisant, l'ours effectue de nombreux numéros contre nature, comme marcher sur un ballon et, à l'occasion, monter sur un scooter. Chapter Animals demande leur mise en retraite dans un sanctuaire.

Les ours de ce couple ne sont pas inconnus pour les associations. AVES France se bat depuis plus de 10 ans pour faire interdire les représentations des montreurs d'ours, en France. Cette démarche est soutenue par de nombreuses associations et fondations, dont la Fondation Brigitte Bardot qui a aidé AVES à prendre contact avec Four Paws afin de réserver des places dans leurs sanctuaires pour aider ces ours, ainsi que la Fondation 30 millions d'amis, qui a permis un contrôle des services vétérinaires afin de constater l'état de santé de l'ours. Début septembre, c'est l'association One Voice qui s'est infiltré chez le couple de dresseurs pour récupérer des images des conditions de vie des animaux.

Micha n'est pas le seul ours détenu par le couple, ils sont trois. Il y a Bony, un grizzly mâle ainsi que Glasha, une ourse brune. Glasha serait d'ailleurs la plus dangereuse des trois et la femelle aurait tendance à se montrer plus hésitante à réaliser les numéros. Mais c'est Micha qui est présenté aux foires. Les deux autres sont désormais trop stéréotypés pour être exposé en public. Pourtant, l'ours possède des difficultés à se déplacer, souffrant d'arthrose. On peut voir aussi qu'il n'use plus ses ongles, ce qui provoque des blessures sur les pattes de l'animal. Celles-ci peuvent très vite s'infecter, d'autant que les trois ours vivent dans une cage bétonnée accompagné de quelques copeaux. Ils n'ont aucun enrichissement dans leur prison, leur seule occupation consiste à tourner en rond. Depuis combien de temps vivent-ils cet enfer ? Où est le bien-être animal ? Pourquoi ne peuvent-ils pas profiter de sortie en plein air, comme cela devrait l'être ? Sans oublier que le couple possède aussi des équidés, un singe magot et des aras. 

En 2 018, Micha, à l'occasion de la Saint-Valentin, était déjà exhibé... Dans un restaurant parisien. Oui, dans un ours dans un restaurant. Vous rendez-vous compte de la bêtise ? Et avant cela ? Les ours, il y a un peu plus de 10 ans, étaient exploités dans des cirques. Durant ces numéros, les mêmes qu'ils reprennent aujourd'hui, les ours devaient marcher sur un ballon, faire de la motocyclette, marcher sur deux pattes en esquivant des plots ou encore danser. Des comportements qui, au même titre qu'un éléphant équilibriste ou qu'un fauve devant sauter dans un cerceau de feu, ne sont pas dans la nature de l'animal.

Chapter Animals, engagé pour le bien-être animal, a alors rejoint la demande de l'association d'AVES France afin de demander l'interdiction des ours dans les spectacles de foires - ou tout autre utilisation. Pour cela, et accompagner de nombreuses autres ONG comme la Fondation Brigitte Bardot, 30 millions d'amis, les associations Code Animal, Paris Animaux Zoopolis, Bears in Mind, nous avons joint notre signature au courrier envoyé auprès du ministère de la transition écologique et solidaire. Quant aux services vétérinaires du département ? Ils ne semblent pas se soucier plus que ça du bien-être des trois ours. Toutefois, en 2015, un contrôle eut lieu et l'agent fût dans l'incapacité d'accéder aux animaux. l'accès lui aurait été refusé.

Mais alors, est-ce que Micha, Glasha et Bony sont les derniers ours exploités de France ? La réponse est non. Le plus connu, Valentin, fait d'ailleurs régulièrement parler de lui sur les réseaux sociaux. Mais ils ne sont pas seuls. Cinq autres ours sont présents lors des diverses fêtes et événements privés. Killian, Lucien, Lutchak, Samy et Shadow sont aussi utilisés pour des mises en scène lors de ces mêmes festivités. Mais qu'elles sont leurs conditions de vie . Sont-ils mieux lotis que Micha, Glasha et Bony ? Où vivent-ils le même enfer ? Des places sont prêtes dans des sanctuaires pour les accueillir, n'est-il pas grand temps de les laisser y aller ?

 

EDIT : Nous apprenons via 30 millions d'amis qu'une procédure judiciaire est en cours depuis près de 6 mois, concernant Misha et de nombreux contrôles sont envoyés aux dresseurs, lors des déplacements sur les routes de France. Le couple, depuis la liquidation judiciaire de leur société ne devait plus exploiter les animaux mais ont créé une association pour contourner cela. Une enquête pour travail dissimulé est en cours. 

 

Toutes les photos utilisées appartiennent à l'association AVES FRANCE. Vous pouvez aussi retrouver la vidéo de la représentation ici 

Chapter Animals AVES France ours montreurs d'ours Micha Glasha Bony Poliakov