Pour Baby, nous ne lâcherons rien

Baby.

Tout comme Tania, Baby est une éléphante africaine. Toutes deux ont dépassé la trentaine et toutes deux ont été prélevées alors qu'elles n'étaient que des éléphanteaux après de ceux qu'elles aimaient. D'où vient Baby, exactement ? Du Kenya, comme Tania ? Du Zimbabwe, pays qui a l'habitude vendre des éléphanteaux ? Nous l'ignorons. Ce que nous savons, en revanche, c'est que Baby possède la patte arrière gauche cassée. Elle est handicapée. Nous l'avons sauvé, en Afrique, elle n'aurait pas survécu avec son handicap, nous dit-on. Cela signifie que Baby est blessée depuis son enfance. À cause du manque d'argent, nous n'avons pas pu la soigner, mais elle est très bien et ne souffre pas.  

Ne pas souffrir ? Vivre depuis 30 ans avec une patte cassée, et ce n'est pas grand-chose ? Être obligé, régulièrement, de réaliser des numéros de cirque, de parader en ville, d'être louée à des agences pour des spots publicitaires ou des séances photos... Aujourd'hui, Baby a pris la relève de Dumba, au cirque de Paris. Et croyez-le, nous en sommes indignés. Lorsque Dumba était présente en France, l'éléphante était au coeur des polémiques. Elle réalisait des numéros indignes d'une éléphante, promenant un chien, jouant au ballon et l'obligeant à réaliser des selfies avec les visiteurs. Dumba était maigre et stéréotyée. Il était impensable que le cirque de Paris puisse louer de nouveau une éléphante, et pourtant... Baby y est présente. 

Baby ne réalise plus de selfies avec les visiteurs à la fin du numéro, comme Dumba le faisait avant elle ou comme elle-même le faisait au parc saint léger. En revanche, les numéros sont toujours aussi ridicules puisque Baby doit porter son dresseur sur ses défenses, prendre des postures sur un tabouret et poser pour les photos. Durant sa représentation, Baby garde sa trompe bien en hauteur. Et en dehors du show ? Baby ne serait pas visible. Elle est cachée, quasi tout le temps, selon un lanceur d'alerte, dans sa remorque. Serait-ce pour éviter les mêmes scandales que par le passé ? 

Désormais, c'est trop. Nous restons disponibles pour échanger avec son dresseur, mais nous demandons le placement définitif de Baby dans un lieu fixe et sans spectacle. De plus, Baby vit seule, sans congénère de son espèce, comme Tania et Dumba. Nous demandons donc, au même titre que Tania, son placement dans un sanctuaire où elle pourra côtoyer d'autres éléphantes. Ne serait-ce pas le plus beau des cadeaux ? Après tout, c'est l'homme qui lui a volé sa vie d'éléphant en Afrique, c'est donc à nous de lui offrir l'opportunité de la retrouver, ne serait-ce que le minimum. 

« [...] Les éléphants d'Afrique sont menacés d'extinction dans un avenir proche en raison d'un certain nombre de menaces, notamment l'abattage illégal pour le commerce de l'ivoire, la destruction de l'habitat par l'expansion de la population humaine et l'agriculture, et la persécution qui en résulte pour les pillages des cultures et la destruction des bâtiments. 

Les éléphants subissent également des souffrances physiques et une détresse psychologique considérables lorsqu'ils sont gardés en captivité pour le divertissement humain, présentant un comportement inhabituel, une mortalité infantile plus élevée et une durée de vie réduite. . »

Foundation Born Free

Help baby

Video baby

Elephants baby

FAITES NOUS UN CADEAU, EN AIDANT BABY À QUITTER LA VIE DE CIRQUE :

 

Aidez-nous à garder un œil sur Baby et convaincre son propriétaire de réaliser les changements nécessaires à son bien-être, en réalisant un don.

 

- Votre don nous aiderait à suivre de nouveau Baby, et vérifier ses conditions de captivité. Il nous permettrait de prendre contact avec son dresseur afin de lui expliquer que, malgré tout l'amour qu'ils peuvent éprouver pour l'éléphante africaine, elle ne peut continuer de vivre dans ces conditions. Le sanctuaire Elephants Haven semble prêt à l'accueillir. Chapter Animals peut essayer de trouver d'autres solutions, également, si celle-ci ne convient pas. Mais il est urgent de la laisser recréer des liens avec des individus de son espèce et de l'aider à soigner sa patte. Et ça, ne serait-ce pas la plus belle preuve d'amour ? 

 

- Si Baby nous est confié, l'argent récolté - via les dons - qui ne sera pas encore utilisé dans les déplacements sera reversé au sanctuaire qui en aurait  la charge, pour son acclimatation ainsi qu'à la future structure définitive. Nous garantissons ainsi un suivi permanent du pachyderme. 

 

- Son cas pourrait servir d'exemple, en montrant que les cirques peuvent céder leurs animaux, pour leur bien-être. Cela pourrait servir d'exemple pour tous les autres éléphants d'Afrique seuls, mais également pour d'autres animaux qui souffrent d'un handicap. Unissons nos forces pour que Baby puisse avoir une vie avec ses compagnons d'antan... 

éléphant cirques Baby