Les blaireaux, victimes innoncentes :

 

Pourquoi nous battre pour les blaireaux en France ?

Blaireau 1

«​ Il est super beau [le blaireau], c'est un mélange entre un petit ours et un panda »

 Le Grand JD, Animalis.

Le blaireau est un animal de toute beauté et qui, pourtant, dans nos communes françaises est considéré comme un animal chassable. De nombreux chasseurs demandent d'ailleurs sa requalification. Celui-ci étant sur la liste des espèces dites « gibier », hors, pour qu'une espèce appartient à ce qualificatif, il faudrait qu'il soit consommé. Pourtant, la viande de blaireau ne se mange pas. Ces derniers désireraient que, au même titre que le renard ou la fouine, ce dernier soit classé comme un « nuisible ».

 

Le blaireau est un animal pouvant mesurer jusqu'à 90 centimètres de long, pour une moyenne de 12 kilos. C'est un animal qui passe la majorité de sa journée à dormir, dans son terrier. Il sort à la nuit tombé, afin de chasser. Avant la sortie de son terrier, l'animal à tendance à observer ce qu'il se passe autour de lui, et y retourner s'il sent le danger. Sa vue n'étant pas bonne, le blaireau se fixe beaucoup à son odorat et son ouïe. 

 

À l'état sauvage, quand celui-ci survit aux périodes de chasse, il peut vivre jusqu'à l'âge moyen de 15 ans, mais sa durée de vie est souvent écourtée à 4 ans. Les petits ont d'ailleurs du mal à survivre, dès la naissance, et quand ces derniers survivent, ils sont régulièrement chassés. 

 

C'est un animal extrêmement intelligent, capable de creuser plusieurs dizaines de terriers. D'ailleurs, ces animaux ne défèquent jamais dans leur maison. Ils créent des « toilettes » en dehors afin d'y faire leur besoin. Il se nourrit principalement d'insectes, de végétaux, comme des racines, des fruits ou de champignons et de petits mammifères. Occasionnellement, il se nourrit de taupe, de serpent ou de grenouille.

 

Cet animal est considéré comme protéger dans de nombreux pays d'Europe, mais reste chassable, notamment en Suisse et en France. Pourquoi donc cet animal si intelligent est-il chassable ? Sachant qu'en plus de tout ça, le blaireau est essentiel à nos forêts, puisque, de son alimentation, il est le régulateur de certaines espèces, et aide à entretenir les sols. Tout simplement parce que celui-ci, lorsque ce dernier manque de nourriture, vient se nourrir sur les terrains agricoles, se servant dans les épis de maïs, de blé ou d'avoine. 

 

De plus, son odeur, bien que désagréable pour l'odorat humain est, pour lui essentiel. Mais ça, les hommes ne le comprennent pas. Si cet animal peut cependant attraper quelques maladies, comme la tuberculose bovine, cela donne une raison de plus aux éleveurs de demander son extermination et aux chasseurs de l'exécuter. 

 

Pourtant, les méthodes de chasse du blaireau sont plus que cruelles. Le « déterrage », ou « vénerie sous terre », comme on l'appelle, est probablement une des méthodes de chasse des plus terribles, et violente ! Les chasseurs trouvant un terrier de blaireau, mais aussi de renard, par exemple, lancent alors une horde de chien pour coincer l'animal au fond de son lieu d'habitation. L'animal est ensuite récupéré par le chasseur, avec des pinces métalliques et tués dans d'atroces souffrances et dans une longue agonie. 

 

Ces derniers peuvent, déjà, durant le temps du déterrage, être mordu par les chiens, avant d'être sauvagement poignardés ou écorchés. Certains de ces animaux, effrayés meurent de crise cardiaque, tandis que les plus malheureux souffriront des heures, entre le déterrage et la longue agonie avant la mort. Mâles, femelles, enfants... Qu'importe, le nombre de victimes doit être grand !

 

Ce sont environ 22 000 victimes, innocentes, qui chaque année, meurent. 

 

 

Voici la liste des articles que nous consacrons à la protection des blaireaux.

 

À VENIR :

 

Bientot