FAUNE CAPTIVE EN FRANCE...

 

Outre les cirques, zoos et delphinariums, de nombreux autres animaux sont retenus captifs en France pour l'industrie du divertissement. Les loups et les ours, sont de parfaits exemples. Ils sont exploités lors des fêtes médiévales afin de réaliser des numéros divers. De nombreux oiseaux, principalement les rapaces, le sont également. À Noël, dans certaines villes, il est possible de trouver des villages de Noël avec de véritables rennes. 

Dans certains établissements, il est tout à fait possible de réaliser des selfies avec des animaux sauvages. Les bébés fauves sont une proie de choix pour attirer les touristes et certains établissements n'hésitent pas à jouer en mettant en avant les photos que les visiteurs peuvent faire avec. Des éléphants sont aussi exploités pour réaliser des photos-souvenirs. Parmi elles, les éléphantes Dumba et Baby.

Ces mêmes animaux, qui souvent appartiennent à des capacitaires, servent également pour la location. Ce n'est un secret pour personne, mais les cirques louent souvent des animaux (fauves, éléphants, otaries) mais ils ne sont pas les seuls. Le monde du cinéma, de la télévision, de la photographie, de la mode ou de la musique louent des animaux "sauvages" pour mener à bien leur projet. La location peut aussi avoir lieu pour des events privés, comme des anniversaires, des mariages ou des cérémonies.

Serpents, éléphants, tigres, ours et panthères noires sont les principaux animaux loués aux médias. Ils sont également loués par des structures dites de bien-être animal, qui n'hésitent pas à se faire de l'argent dessus. 

De nombreuses interactions ont lieu également, dans les zoos, avec des oiseaux, des reptiles ou des primates. Parfois, même avec des cervidés. Il n'est pas rare que dans les delphinariums, des possibilités de rencontre avec les dauphins puissent avoir lieu. 

Une autre sorte de faune, plus européenne cette fois-ci, est également captive en France. Il s'agit de celle pour la chasse. Sangliers, perdrix, faisans, canards colverts, lièvres, mouflons et cerfs seraient concernés par cette captivité qui ne servirait qu'à tuer les animaux, selon l'ASPAS. 

Pro_00Pro_05Pro_04

 

  À savoir :  

 

Le nombre d'animaux exploités pour l'industrie du divertissement est impossible à compter précisément. Si ces animaux ne sont pas hébergés dans les cirques, zoos, delphinariums, sanctuaires ou centre d'élevages, ils sont chez leur capacitaire. Impossible donc d'y avoir accès. Mais depuis quelque temps, certaines enquêtes sont diffusées, après des surveillances effectuées chez des dresseurs. C'est ainsi que les trois ours (Micha, aujourd'hui décédé, Bony et Glasha) d'un couple de dresseurs français ont pu être placés dans des sanctuaires. Nous avons également joint le couple pour prendre en charge, à l'aimable, leur singe magot Mina.

 

Partage facebook

Partage twitter

Faire un don

 

  RESTONS EN CONTACT  

Vous souhaitez être informés continuellement de nos actions, de nos combats, des avancées de notre association et savoir comment vous pouvez nous aider à faire avancer les choses . Alors, abonnez-vous à la newsletter de Chapter Animals. Nous comptons sur votre soutien !

 

E-mail

Newlogoweb

Chapter Animals est une association - présente depuis 2017, publiée au Journal Officiel depuis le mois de septembre 2018 et déclarée à la préfecture du Var (83).

Suivez-nous afin de continuer à être au courant de nos prochaines actions :

Logotwitter Logofb Logoinsta Logomail

 

Pages importantes :

Contact | Qui sommes-nous ? | S'impliquer |

Rapports : Captivité | Cirques | Zoos | Delphinariums | Faune Sauvage Captive | Divertissement | Trafic et NACSanctuaires Chapter Animals 

Site internet : e-monsite. Mise en page par Julien.

© 2020 - Chapter Animals.