Les éléphants - l'ivoire d'un côté, la soumission de l'autre :

 

Pourquoi faire des éléphants nos clients ?

Clients elephants

En moins de 2 ans, Chapter Animals est allé voir cinq cirques français, exploitant à eux seuls 12 éléphantes, ainsi que quatre éléphantes dans un festival.

Depuis 2016, plusieurs éléphantes de cirque français ont pu trouver le repos loin de l'itinérance. C'est le cas de Syndha et de Maya, toutes deux envoyées dans des zoos/safaris italiens, ainsi que de Lechmee, aujourd'hui dans un temple en Grande-Bretagne. Avant cela, c'est l'éléphante africaine Indra, qui, elle aussi, a pu en terminer avec la vie d'itinérance. À contrario, quelques éléphantes sont décédées. Les deux anciennes éléphantes du cirque Pinder, Dehli et Sabbah sont mortes. Une fût euthanasiée, tandis que la seconde confiée à un dresseur étranger, est morte aussi. Une autre des éléphantes de ce dresseur, bien connu en France, est décédée en avril dernier dans un tragique accident. La victime s'appelait Diana

 

Aujourd'hui, dans les cirques français, le nombre d'éléphantes restantes est au plus bas. Il n'en resterait plus que sept : Mina et Kamala, d'Arena Production ; Rosa et Bambi , du cirque Falck ; Nelly et Bridget, de La Piste aux Étoiles et enfin Tania/Samba du cirque d'Europe. Il reste éventuellement Dumba, mais qui appartient à un couple espagnol. De temps en temps, d'autres éléphantes font des apparitions, mais celles-ci appartiennent à des dresseurs. En janvier, c'était le cas de Baby, Pira, Belinda et Thaï lors de leur venue à Monaco. Enfin, tout ça, ce n'est pour parler que du côté des cirques. 

 

Combien d'autres éléphantes sont présentes en France, notamment dans les zoos ? Si, à première vue, on pourrait se dire que la captivité protège les espèces - dont les éléphants africains qui sont régulièrement braconnés pour leur ivoire - et que les éléphants d'Asie sont domestiqués depuis longtemps, il n'en est rien. Les éléphants sont des animaux sociaux très complexe, au même titre que nous, tout comme les grands singes et certains cétacés. Si nous avons décidé de faire des éléphants nos clients, ce n'est pas pour rien. Les éléphants vivent régulièrement dans des conditions qui ne peuvent satisfaire leurs besoins fondamentaux.

 

Le cas le plus flagrant est celui de l'éléphante africaine Tania. Nous ne parlons pas de maltraitance, mais bien de conditions de vie inadaptée à celle de son espèce. Tania - aussi connue sous le nom de Samba - est une éléphante africaine d'une trentaine d'années. Elle pourrait bien devenir la dernière éléphante à appartenir à un cirque français dans quelques années, au vu de son jeune âge. Tania est née au Kenya et fût capturée alors qu'elle n'était encore qu'un bébé. Elle fût achetée par le cirque - ce qui était légal, à l'époque - et depuis vit seule. Depuis 30 ans, elle n'a jamais réellement eu de contact avec un autre individu de son espèce. Est-ce normal ? Qui plus est, pour une éléphante africaine, elle qui, sauvage, devrait déjà avoir enfantée et peut-être même être matriarche de son troupeau. 

 

Personne ne peut dire que Tania vit dans des conditions qui correspondent à ces besoins. Mais les autres éléphantes ne vivent guère mieux. Ces animaux qui, dans la nature, marchent des dizaines de kilomètres par jour se retrouve ici à ne faire que quelques pas. Ils ne peuvent s'épanouir entièrement. Nous avons déjà vu des éléphantes de cirque enchaînées avant de partir en représentation. C'est d'une peine à voir... D'autres, pour des raisons X ou Y reste enfermées dans leur camion ou dans un enclos sous le chapiteau. Elles ne peuvent se déplacer librement, prendre des bains de boue, avoir accès illimité à l'eau... Leur sol est régulièrement recouvert de pailles, de foin... Mais surtout de béton ! Parce que oui, il n'est pas rare que les mairies ne proposent que des parkings aux cirques et qu'éléphants, mais aussi hippopotames, lions et zèbres se retrouvent sur du bitume. 

 

Dans les zoos, il n'est pas rare non plus que les conditions de vie ne correspondent pas à celles dont ils auraient besoin. L'espace trop petit (il n'est pas rare que les enclos fassent moins de 10 % d'un territoire normal d'un éléphant), le cri des visiteurs, le jet d'objets... Tout ça créé souvent des conflits entre éléphants. Ils ne peuvent se déplacer librement, avoir accès à un endroit où s'isoler, se cacher, se mettre loin du regard des hommes. Dans de nombreux établissements, les éléphants subissent des coups de piques. Le bâton servant à les contrôler et éviter que le comportement de l'animal ne dégénère.

 

Pourtant, les éléphants sont des êtres sensibles comme vous et moi. Ils sont capables de se reconnaître dans un miroir ; de reconnaître le barrissement d'un des leurs, ou d'un éléphant étranger ; de reconnaître physiquement un individu de son troupeau des années après ; de veiller sur les ancêtres et les jeunes ; de pleurer la mort d'un des leurs ; de caler leurs émotions sur la musique classique ; d'utiliser des objets afin de les rendre utiles pour eux... Ils ont une intelligence et une mémoire remarquable et, dans certaines religions, sont liés à Dieu. Comment pouvons-nous utiliser à notre guise de tels êtres ?

 

Pour aller encore plus loin !

Nos clients éléphants :

Client samba